• VENEZ DONC TIRER UN COUP AVEC MOI !

    Texte écrit et interprété sur la musique d'une chanson de Michel Sardou...

     

     

     

     

    Aux abords des lisières, le chasseur se sent bien,

    Les bons chiens au pépère, ils tournent, tournent, tournent bien.

    Aux abords des lisières, le chasseur tient l'canon,

    Les bons vins au repère, ça tourne, tourne, tourne à fond.

    Mais voilà, après l'pommard, au plumard ça n'tourne pas.

     

    Alors pour tirer un coup, pour prendre son pied malgré tout,

    Il vise un peu n'importe où, des fois qu'y'ait un derrière;

    Pas s'faire de bide, si la cartouchière est vide,

    C'est qu'il s'est vidé les douilles, aux abords des lisières (x 2)

     

    Aux abords des lisières, ça chante autour des nids,

    Moins il fait de manières et plus ça tourne autour de lui.

    Aux abords des lisières, les oiseaux n'sont pas fous,

    Mais dès qu'les plumes se posent, il prend la pose, il nous tire tout.

    Mais voilà, après l'plumage, au plumard il tire rien.

     

    REFRAIN

     

    Aux abords des lisières, dès midi dans l'4x4,

    Sur les chemins de terre, ça tourne, tourne à quatre pattes.

    Aux abords des lisières, ça n'tourne pas qu'au sans plomb,

    Même le trop plein d'Corbières, ça tourne encore, ça tourne en rond.

    Et le soir, à part le fond du fût, il ne tire plus.

     

    REFRAIN ( x2 )


    13 commentaires
  •  

    IL EST PARFOIS DES SITUATIONS QUI NOUS ECHAPPENT !

    J'interprète mon texte sur la musique d'une chanson de RENAUD...

     

     

    J'me déshabille, j'vais au plumard, fatigué d'mon labeur

    Une fille décidée dans le noir a pénétré dans ma demeure

    Quand elle m'a vu en pyjama, elle m'a balancé comme ça :

    " T'as une bouille ma couille, moi je mouille

    J'suis sûr qu't'es monté comme un âne, j'veux faire un tour dans ta campagne

    J'veux qu'tu me broutes bien comme il faut pendant qu'ta femme est au boulot

    J'ai la motte de foin en fusion "

    Moi j'lui dis : " pas question ! "

     

    Elle m'a roulé une pelle, je n'voulais pas qu'elle me colle

    A mis sa main dans mon ben, et voilà qu'je m'affole.

     

    Voilà qu'ça brille dans son regard, l'arrivée du braquemard

    La fille allongée sur l'plumard avait l'air d'être au désespoir

    Lorsqu'elle s'est dépliée ma gaule, m'a balancé d'un air drôle :

    " Pour le matos minos, c'est craignos !

    Moi j'suis en feu à l'intérieur et je découvre une queue d'loser

    J'veux faire l'amour, monter au ciel, pas jouer aux billes dans la ruelle

    Pas faire d'bataille de polochons... " J'lui ai mis la pression.

     

    Moi j'avais tant sommeil quand elle m'a pris la tension

    Maint'nant que j'me réveille, elle me prend pour un con.

     

    Je me rhabille, j'suis en pétard, qu'est-ce qu'elle vient m'faire chier la minette

    Et soudain surgit dans le noir ma femme qui r'vient d'la superette

    Et elle me dit d'un air blafard, et l'autre qu'est toujours en levrette :

    " J'ai une copine qui s'radine, ça me mine

    J'suis sûr qu'elle va t'draguer la môme avec ses nichons d'silicone

    Elle d'vrait déjà être arrivée, t'aurais pas entendu sonner

    Elle est p't'être bien sur le perron " j'me suis dis, c'est couillon.

     

    Il a fallu que j'la saigne pour éviter l'scandale

    Et maintenant elle baigne bien au fond du canal.

     

    La morale de cette série noire, c'est quand t'es au lit dans l'coltar

    Faut bien vérifier les placards, qu'y'ait pas une meuf aux gros nibards

    Quant à ta femme fais attention, quand tu devras ram'ner tes potes

    Que tu sois bien à la maison, avant qu'dans le canal ils flottent...

     

     

     


    17 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires